Société | Censure de #CollerLaPetite dans la Mifi: Le préfet a t-il réellement tort?

Société | Censure de #CollerLaPetite dans la Mifi: Le préfet a t-il réellement tort?

À la suite d’un arrêté ministériel, le préfet de la Mifi est passé du statut d’employé de l’Etat Kmer à celui de l’homme le plus caricaturé/insulté/contesté de tout le Ndolèland.

Pour rappel, Pa’a Joseph Tangwa Fover a décidé d’interdire le collage ou l’encouragement du collage de petites dans toute sa circonscription sous peine d’une amande conséquente. Ainsi, dans le département de la Mifi, si on te tcha en train de diffuser #CollerLaPetite dans ton bar ou même chez toi tu es fini! Si on te tcha en train de vendre des cds ou des produits dérivés #CollerLaPetite, le Ngatta te guette! Si on t’attrape alors entrain de #CollerUnePetite, mieux vaut ne même pas penser à cette éventualité!

N’en déplaise à de nombreuses personnes, le préfet de la Mifi a mis le doigt sur un point sensible dans notre société Kmer: le rôle de la zik dans la dépravation latente de nos mœurs. Avec la diffusion sans censure et aux heures de grande écoute des ziks aux paroles plus que suggestives sur des chaînes de radio et de télévision privées et nationales,  le public s’est progressivement habitué au caractère sexuel des œuvres musicales, qui réussissent le tour de force de faire bouger tout un peuple tous âges et toutes catégories sociales confondues.  Le sexe dans nos ziks ne fait pas que vendre, ça rassemble également.

Nombreux sont les artistes Kmers qui connaissent du succès  en chantant des obscénités pire que ce que Franko a chanté, sans que personne ne bronche: Tanus Foé, K-Tino ou même encore Petit Pays en sont des exemples. Alors pourquoi s’attaquer à ce jeune artiste dont la brissance est devenu PLA-NE-TAI-RE? Franko est-il devenu le mbout du préfet? Massa’a Jo’ fia qu’en interdisant les songs des artistes à la notoriété établie, le Nkunkuma en personne signe l’arrêté pour le relever de ses fonctions? Nul ne saurait le dire. Et c’est justement ce sentiment d’injustice qui  provoque la colère des fans de Franko. Depuis quand chanter #CollerLaPetite est pire que “J’ai envie de… wan wan” ou encore “Ce qui est fendu n’est défendu à ce qui est tendu de pénétrer”?  Qui n’a pas encore collé une petite au Njokà sans arrière pensée? Car oui, au fil du temps, coller une petite à une bringue n’est plus différent de shake quelques pas de coupé.décalé ou de bendskin. Les personnes qui voient #CollerLaPetite comme une atteinte directe aux mœurs doivent se ask des questions.

CLP

Cependant le préfet de la Mifi n’en ait pas à sa 1ere tentative dans son combat contre la dépravation des mœurs. Il y a quelques années, le Mbom a fait parler de lui en interdisant le port des pantalons slims et taille basses, apparemment sans grand succès. Lancer une vendetta contre cet homme en raison de son combat au fond noble, revient à se voiler la face sur un véritable problème. Tout comme construire des routes et assurer la sécurité de sa population, préserver les valeurs morales de sa circonscription fait partie intégrante de la fonction de préfet, car en fin de compte entendre un enfant de 4-6 ans chanter à tue tête:  on fait çaLalalala” ou encore “pédé pédale” reste assez problématique. Mal amorcé sur la forme, l’idée de fond a sa valeur mais nécessite l’intervention de plusieurs acteurs à des échelles différentes.

En interdisant la diffusion de #CollerLaPetite dans son département, Joseph Tangwa n’aura en rien résolu les problèmes de mœurs de notre société camerounaise. Aussi longtemps que les parents ne trouveront pas le temps ou le courage pour parler à cœur ouvert à leurs enfants, le préfet continuera de courir dans le sac, aussi longtemps que les directeurs d’établissement inviteront à leurs kermesses ces stars avec des tubes aux paroles douteuses, le préfet restera dans le ndem! Aussi longtemps que le préfet ne trouvera pas le courage de s’attaquer aux plus grands artistes, promoteurs de messages à caractères pornographiques, ses actions se feront toujours passer pour celles d’un mbom qui n’a pas réussi à coller les petites qu’il calculait.

Pour aider le préfet dans ce combat difficile,voici une sélection de quelques clips qui eux aussi mériteraient une censure:

Tchakala VIP – Toutes ses chansons

Petit Pays- Pédé

Coco Argentée – Made in Cameroun

K-tino – Tous ses songs sortis

 Lady Ponce – La la la

Sinon en attendant, le préfet pourrait parallèlement signer des décrets pour éradiquer la montée du grand banditisme dans son département et faciliter la construction des infrastructures.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè