Samuel Eto’o, Entraîneur-joueur: « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Samuel Eto’o, Entraîneur-joueur: « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

Quand on veut parler de l’Afrique en matière de foot, le Pichichi est toujours au cœur des divers, que ce soit par les médias américains, russes, anglais, français, turques et même Kmers, il est au centre de tout. En effet, le digne Muna de New Bell continue d’écraser le championnat turque par son habilité à marquer des buts de haute classe.

Après avoir investi plusieurs sacs bandjocks d’argent pour son club, le président d’Antalyaspor n’est pas assez satisfait des résultats de son équipe (9e avec 15 Pts après 15 journées) et a donc décidé de limoger son coach Yusuf Simsek. Pour le remplacer, le milliardaire turc a choisi son homologue milliardaire Samuel Eto’o pour assurer l’intérim en attendant l’arrivée d’un nouveau coach. Eto’o devient donc entraineur-joueur avec l’actuel adjoint du club dans sa trousse. Et pour son first match en tant qu’entraineur-joueur-capitaine, le Pichichi célèbre sa 1ère victoire 3 – 2, et a enfin donné le sourire au club qui n’avait plus gagné de match de from le 17 octobre dernier. Une bonne première sous sa nouvelle casquette surtout qu’ils ont été menés 2 – 0 et réduits à 10 avant de voir le Hemlé du Pichichi offrir le but égalisateur.

Après des courts passages en Angleterre et Italie, SEF semble avoir trouvé son nouveau QG où il est placé à sa juste valeur. Entre invités des sommets de Chefs d’État, meilleur buteur du championnat avec 13 buts, entraineur-capitaine, ce ne serait pas surprenant de ya que le neuf déménage complètement en région turque.

Samuel Eto’o d’accorise son nouveau nom de Goal-Machine attribué par un journal local, qui a aussi mentionné qu’il est très loin d’être fini comme certains le pensaient. Pourtant le neuf a toujours su où il allait ce qu’il fallait faire pour y arriver, d’ailleurs il le précise bien sur son dernier post de Facebook.

Il m’est arrivé de me tromper, parfois de rater de bonnes opportunités. J’ai essuyé quelques défaites aussi, mais en gardant le regard fixé sur l’objectif, et à force de travail, J’ai connu la réussite. J’ai compris alors, comme l’a dit Nelson Mandela, que: « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

C’est peut-être une fierté d’être considéré comme une élite, un exemple à suivre mais la tâche s’annonce vraiment tanga pour SEF qui devra jouer, entraîner, guider et inspirer ses coéquipiers pour les prochains matchs d’Antalyaspor. À moins que le président reste sur ce succès remarquable du neuf et décide d’embaucher un d’engager un nouveau coach. Quoiqu’il en soit, Samuel Eto’o est un enfant béni depuis New Bell.

Le premier but du Pichichi en tant qu’entraineur.

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè