Rihanna fait blacklister ses songs à tous les events de Donald Trump!

Les States, ce n’est pas le Ndolèland! Pendant que chez nous certains artistes se font blacklister et boycotter pour avoir soutenu le Nkunkuma dont la victoire aux dernières élections stay super contestée, aux US, il y a des artistes qui se battent même plutôt pour faire interdire leurs songs aux events des présis mal aimés comme Tonton Trump.

Les artistes Statois ont clairement assimilé les lois de la communication (politique): soit tu supportes ton candidat et tu l’assumes, soit tu combats l’ennemi, soit tu fais ton back-back au calme et tu te tais. Non père! A leur habitude, ils ont même pris une longueur d’avance quand on voit ce cas de Miss Riri qui est go jusqu’au tribunal pour faire interdire à l’actuel homme le plus puissant du monde de play ses songs dans all ses njòkas, manifestations et meetings inclus.

La nga avait ya que le pater-là jouait son song « Don’t Stop the Music » lors de ses meetings. Elle a franchement vex. Massa! On sent que ça la pique tellement de savoir que ses dures compositions atteignent même le tympan du Président de la république des States hein! Notons toutefois qu’elle n’est pas la first à mener ce combat. Il y a quelque temps, Pharell Williams avant elle, avait aussi vex sur le Pater-là jusqu’à le bring en justice parce qu’il usait à répétition son titre « Happy » en pleine période de deuil national, à la suite d’un attentat dans une synagogue. Massa le pater-là a chaud avec les enfants-là hein même comme lui-même est un tendon!

Et comme il fallait s’y attendre, dans le pays de la démocratie, la belle barbadienne a eu gain de cause, sa requête a été proprement validée! On est bien loin des appréciations du Conseil Constitutionnel d’un certain pays perdu en Afrique-là.

Rihanna n’est pas la seule star US à prendre ouvertement position et dire qu’elle ne ya pas mô Donald Trump, pire qu’elle a même tellement son bahat qu’elle est prête à investir son rond pour le fight! Heuye, ça begin à ressembler à un film-là qui se déroule actuellement entre la diaspora d’un pays de fruits de mer et le gouvernement du village… euh pardon… du pays en question.

Le Ye (Tonton Kanye West) lui n’a pas feint de manifester son support au Presi détesté, ce qui lui a valu une déferlante d’insultes, de blacklistages et de boycotts multiples. Ah moufmidè! Tout ceci aura plutôt contribué à encourager le Mbom à appuyer son soutien au président le plus fou de la planète jusqu’à le père-là lui même a encore wanda sur cette « bromance* » un genre, un genre. Précisons ici que pour ceux qui le know, Tonton Kanye est le King de la controverse, sans ça il se fait ierch! Hum tandan! Ça nous rappelle un film récent avec dans le rôle principal une ancienne gloire du football, capitaine déchu de l’équipe de foot d’un pays où on tchop beaucoup de sardines. Les gars qui s’assument, on ya mô ça bahat… mais jusqu’à un niveau hein!

Donc le Game est serré là-bas maaal avec des artistes tels que Snoop ou encore le couple Carter (Beyoncé et Jay Z) qui ont choisi de combattre le pouvoir en place ou quelques électrons libres et droits dans leurs bottes comme Tonton Kanye, qui s’en fout des commentaires de bars et soutient haut et fort son type. Même si de temps à autre, le gars remet les pendules à l’heure en nuançant sa position genre, lui il est libre et ne voit pas pourquoi il ne doit pas share certaines visions de Trump qui lui parlent bien qu’il ne soit pas toujours d’accord avec lui. En gros, épouser certaines de ses idées ne fait pas forcément de lui un partisan du Président et de son parti républicain. Arrêtez d’essayer de comprendre, on parle d’un système démocratique-là svp. Merci

Aux States, les artistes ont compris que, la politique ou tu la fais ou tu la fais pas et elle te fait! Ddl Là-bas on choisit son camp, on assume et on gère les retours de bâtons au calme ou alors on tcha même les devants (Merci Riri).

Espérons que les stars ensardin… euh pardon… boycottées d’un certain pays sauront lire entre les lignes, arrêteront de pleurnicher, assumeront leurs actes et prendront les mesures nécessaires à leur propre épanouissement. Car pour rappel: la politique soit tu en fais, soit tu t’en éloignes au risque de te brûler les ailes.
A bon ensardin… euh pardon… À bon entendeur,…

*Bromance: C’est un new mot anglais tendance mixant les termes « Brother » et « Romance » pour parler du ndolo entre frères.

Credit Photo Une: Junkee

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè