Noircissement des gencives, un critère de beauté pour certains peuples africains (Vidéo)

woman-eating-appleAlors que nous vivons à l’heure où tous les projecteurs accusateurs sont braqués sur les préférences esthétiques des femmes noires telles que le décapage, le port de cheveux artificiels, etc., voici une tendance, qu’on ne saurait dans quelle catégorie classer, tellement elle est wandayante!

En effet le noircissement des gencives (ainsi que des lèvres ou de leur contour), est une pratique de beauté beaucoup plus répandue chez les femmes d’Afrique de l’Ouest. C’est une pratique ancienne et très courante dans la région. Les plus friandes du procédé sont les sénégalaises, maliennes, guinéennes, ivoiriennes, etc. Cette technique de tatouage des gencives est particulièrement appréciée par ces femmes, parce qu’elle leur permettrait non seulement de se débarrasser des gencives roses qu’elles trouvent plutôt moches, mais surtout de faire ressortir l’éclat et la blancheur de leurs dents, leur permettant ainsi d’avoir un joli sourire et d’être plus attractives aux yeux des hommes! Ah ces messieurs… que ne feraient pas les ngas pour eux!

Selon les femmes qui pratiquent ces tatouages, le noircissement des gencives aurait l’avantage de les renforcer, mais aussi de faire disparaître les pbs d’haleine. Cependant, comme pour tout tatouage, le noircissement des gencives impose une douleur plus qu’insupportable à celles, qui s’y soumettent.
gencives noiresC’est en effet à l’aide d’une dizaine de petites aiguilles reliées en bloc par un fil doublé et une poudre noire (résultante de la combustion de certains produits qui dépendent de la recette du praticien) que s’effectue la transformation. Les gencives vont être régulièrement piquées avec le bloc d’aiguilles jusqu’à saignement afin de créer des sortes de petits trous dans lesquels viendront se loger la poudre noire que l’on applique directement après. Le procédé peut être répété plusieurs fois afin de s’assurer que toutes les déchirures créées dans la gencive soient comblées par la poudre.

La période post-opératoire est une autre paire de manches, car la personne ayant subi le tatouage devra éviter de consommer des plats chauds pendant les jours suivants et prier que la gencive n’ait pas été blessée afin que le processus de guérison soit plus rapide. En général, seule la gencive supérieure est tatouée car plus visible. La gencive inférieure, elle, est moins importante car elle se voit moins et l’opération y est encore plus douloureuse.

Bien qu’avec la propagation des maladies virales, la pratique tende à disparaître, quelques jeunes téméraires, prêtes à tout pour plaire à celui qui les fait chavirer, continuent de se lancer dans l’aventure non sans risques du noircissement des gencives. Alors comme quoi, des goûts et des couleurs… à chacun son truc!

Vivre l’expérience en images…

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè