Liberia & Tanzanie: Interdiction aux femmes de work avec des cheveux non naturels ou avec des artifices de nianga

Tandis que certains pays d’Afrique fight encore pour des besoins élémentaires tels que l’eau potable, l’électricité ou une réelle prise en charge médicale, 2 pays africains sont occupés à fight contre le nianga des ngas!

Quand les minis-jupes avaient été interdites à New Bell jusqu’à on zigouillait les enfants des gens pour ça, on a bavardé jusqu’à que le Ndolèland est trop chelou! Voici alors nos grands frères à qui on chou une fois tous les quartes membres: Le Liberia et la Tanzanie.
Les 2 bleds-là ne sont même pas voisins hein, mais on dirait qu’ils se sont seulement passé le mot massa.

 

Comme nous, ne mourrez pas bêtes hein. Il est temps de connaître l’Afrique. On est allé googeliser pour nous tous Krkrkrkkr: Liberia à gauche (Afrique de l’Ouest) – Tanzanie à droite (Afrique de l’Est)

Au Liberia, c’est le Ministre des Finances (Mr. Samuel D. Tweah) qui a lui instauré sa règle valable depuis le 1er octobre 2018… pour les femmes, qui work dans son ministère : pas de cheveux « bien » naturels, pas de work! Tu cames avec les veuchs défrisés, les rajouts ou extensions, les tissages, les veuchs teintés, on te chasse! Massa le père-là a le bahat des cheveux des ngas comme ça pourquoi eh!? Où il falla même quoi là-bas ooh… c’est lui seul qui know!
Le gars a décidé que si tu ne respectes pas sa loi-là, tu backs chiller au kwat et on te pointe les jours d’absence-là comme non autorisés. Donc on gratte même encore ça sur ton salaire massa yeuch!
Quand le gars a comot sa nouvelle règle-là, ses collaborateurs ont cru qu’il blaguait. Une nga s’est pointée avec ses tifs naturels teintés en blond. On l’a gentiment priée de back à la casa et de prendre tout son temps pour se mettre en règle avant de recame. Pourtant les joes, eux ont le droit de djoum au ministère avec la tête qui leur plait. Un aspect discriminatoire qui empêche le macabo de descendre chez ces ladies.
Tonton Tweah est d’ailleurs encouragé par certains de ses pairs, qui disent que le gars agit conformément à la loi. Il paraît que dans le manuel des employés du ministère, il y a une partie intitulée « Apparence personnelle », qui est très claire sur cet aspect. On peut read à la troisième ligne:

« Des cheveux colorés non naturels (vert, rose, etc.) et Les coiffures extrêmes ne favorisent pas une apparence professionnelle appropriée. ” Wandafout!

En Tanzanie, on peut croire que c’est le même son de cloche: prôner le naturel. Mais ce n’est pas vraiment le cas, car si dans cet autre bled, le Président de l’Assemblée Nationale (M. Job Ndugai) a décidé de zapper l’accès au parlement à toutes les législatrices qui portent de faux cils ou de faux ongles, ce n’est pas pour la même raison que le tonton du Liberia, mais plutôt pour des raisons de santé « nationale ». Cette décision fait donc suite à une déclaration de la Ministre de la santé (Dr Faustine Ndugulile), qui a toli au parlement que les ngas qui bòrong de faux cils et de faux ongles, font face à plusieurs complications de santé qui do bat aux caisses du pays. Ce qui a apparemment bien vex Tonton Ndugai, qui ne s’est pas arrêté là hein. Il a aussi interdit le port des courtes robes/jupes et des jeans à l’Assemblée Nationale. D’ailleurs, il a tell qu’il est même en train de flex à une autre mesure qui interdirait aux législatrices de mettre flop de make up! Massa, les questions de santé nationale-là sont sérieuses en Tanzanie, si les courtes jupes, make up et même les jeans peuvent déjà empêcher les cerveaux de bien waka, bah c’est tout naturel que Tonton Ndugai protège le pays! Notons toutefois que chez lui, ces règles s’appliquent aussi aux visiteurs hein.

En tout cas, l’industrie de la cosmétique et du nianga va souffrir dans ces pays-là hein, est-ce qu’ils ont même pensé aux « énormes » pertes que ces interdictions entraineraient pour l’économie locale sachant que les femmes sont désormais plus coquettes que jamais? Ce sera soigner un mal tout en causant un autre. Ddl Le genre de règle qu’il ne faut même pas rêver d’instaurer au Ndolèland, puisque c’est même exactement ça que recherchent les grands décideurs de la république. Regardons sauf chez les autres, pour nous, nous a déjà dépassé. A chacun son combat!

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè