Le « faux traducteur » de la cérémonie des obsèques de Mandela est un schizophrène…

Thamsanqa Jantjie

© The Guardian

Thamsanqa Jantjie, l’homme qui s’est fait passer pour un traducteur en langage de signes lors de la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela, n’est pas qu’un imposteur. Il aurait déjà été accusé de nombreux crimes et délits ces vingt dernières années.

Selon le site d’informations sud-africain Enca.com, «l’imposteur» a un « CV » assez chargé: viol (1994), vol (1995), cambriolage (1997), dommages par actes de malveillance (1998) et enfin, meurtre et tentative de meurtre en 2003.
Toujours selon ce site, Thamsanqa Jantjie a échappé à de nombreuses condamnations, car il était jugé irresponsable en raison de sa maladie. «Acquitté dans l’affaire de viol, il a cependant été condamné à trois ans de prison pour vol», écrit Enca.com.

Vendredi dernier, le gouvernement sud-africain, à travers son ministre de la culture a présenté des excuses formelles à la communauté des malentendants pour la traduction en langue des signes de la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela, massacrée par ce non-professionnel. Le ministre de la Culture, Paul Mashatile, a par ailleurs annoncé le vote « probablement au début de l’an prochain » d’une loi pour encadrer la profession « afin que ce genre d’incidents ne se reproduise jamais plus ».

© Cameroon-Info.Net

Le désormais très célèbre interprète s’explique… et on WANDA !!!

Le faux interprète très très confus

Le faux interprète en langage des signes de la cérémonie en l’honneur de Nelson Mandela a tenté de s’expliquer après le tollé provoqué mardi 10 décembre. Des explications confuses. Voire hallucinantes.

mandela2

Vous avez certainement entendu parler de ce faux interprète, censé traduire en langage des signes la cérémonie en l’honneur de Nelson Mandela dans le stade de Soweto, mardi 10 décembre. En présence de nombreux chefs d’Etats, de dizaines de milliers de Sud-africains, mais aussi de millions de téléspectateurs, cet usurpateur a enchaîné des gestes répétitifs sans aucun sens, provocant la colère des sourds et malentendants dans le monde entier. Thamsanqa Jantjie, c’est son nom, a tenté de se justifier depuis sur son étrange prestation. Traqué par les médias, il a affirmé tour à tour être schizophrène, subir les effets secondaires d’un traitement médical ou même avoir entendu des voix… « J’ai vu des anges arriver au stade« , a-t-il même expliqué. « Parfois, je vois des choses me poursuivre. »

mandela3Face au scepticisme, il a fini par dire tout simplement qu’il avait perdu ses moyens face à l’ampleur de la tâche. « Je n’y pouvais rien. Je me suis retrouvé seul dans une situation dangereuse », a-t-il notamment tenté de faire valoir. « J’ai essayé de me contrôler et de ne pas montrer au monde ce qui se passait. Je suis vraiment désolé », a-t-il fini par admettre. « Si j’ai fait ces choses, c’est parce que je pensais que Dieu me demandait de la faire », lâche-t-il penaud. Mais il se défend également : Thamsanqa Jantjie prétend être un interprète déjà chevronné, affirmant faire de « l’interprétariat depuis pas mal de temps » et avoir notamment traduit les obsèques de Maman Sisulu, autre héroïne de l’apartheid. « C’est seulement maintenant qu’on m’accuse de faire du sale boulot », ajoute-t-il en manquant de s’étouffer.

Selon Thamsanqa Jantjie enfin, la faute revient surtout à ceux qui l’ont recruté : « Si je ne fais pas du bon travail, où était celui censé le faire et pourquoi ne l’a-t-on pas envoyé ? » Une question à laquelle une responsable a répondu : selon la vice-ministre aux Personnes handicapées Hendrietta Bogopane-Zulu, l’homme n’avait pas été « ramassé dans la rue » au hasard.D’après elle, le gouvernement sud-africain aurait été « floué » par une société spécialisée qui a depuis « disparu dans la nature ».

© L’internaute

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè