Un exemple concret et récent d’emprunt obligataire au Tchad

Emprunt obligataire TchadIl n’y a peu nous vous instruisions sur le marché boursier et ses obligations. Pour ceux qui ne s’en rappellent pas, voici un exemple concret. L’Etat du Tchad est actuellement en train d’émettre des obligations. Comme l’a reporté Jeune Afrique lundi dernier, les souscriptions aux obligations 2013-2018 portant un taux nominal annuel de 6% sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2013.  Les obligations coûtent 10 kolos l’une et son disponibles à la SCB, ainsi qu’au Ndolèland via la SCB Cameroun. Ça veut dire que si j’achète 100 obligations du Tchad à 1 millions FCFA aujourd’hui, le Tchad via la SCB Camer va me payer 6% d’intérêts sur mon million (donc 60 kolos), chaque année jusqu’en 2018. En plus, en 2018, le Tchad me remet mon million de CFA que je lui avais donné en 2013. Donc si tu es intéressé tu know où go investir tes dos dès maintenant!

En général un Etat émet des obligations pour financer des projets d’infrastructures. Dans le cas du Tchad, le pays veut faire de sa capitale Ndjaména un centre d’affaires incontournable en Afrique Centrale, en construisant une Cité internationale des affaires. Waitons seulement pour voir, et espérons que cette cité soit franchement ndolè comme les 85 milliards qu’elle va coûter.

Depuis 2007 les obligations africaines passent bien le marché. D’une part c’est parce qu’en termes de finances publiques les Etats Africains ne cessent de faire des progrès et de démontrer leur capacité à respecter leurs engagements. Mais on peut aussi remercier la crise économique qui a frappé le monde entier. Le défaut de paiement de quelques pays européens comme la Grèce a fait comprendre à tous que même en Mbeng là les Etats pouvaient ne pas rembourser leurs dettes, et que la dette africaine n’était pas si mauvaise que ça. De plus, les Etats africains ont, grâce à leurs économies dynamiques, la possibilité d’offrir des taux d’intérêts très séduisants devant lesquels les investisseurs tombent sans glisser. Prenez toujours nos chaussures pour faire les petits goals avec alors !

Ce qui est mô, c’est qu’au fil du temps, les pays Africains se bâtissent une bonne réputation et peuvent de plus en plus prétendent se financer sur les marchés pour booster leurs économies. Le pb par contre c’est la très récurrente instabilité sociale et politique dans nos états d’Afrique. Si en France le risque d’une guerre est presque inexistant, au Tchad ce risque est beaucoup plus élèvé. Par conséquent qui investit en France même avec un rendement de 2% seulement est presque sûr de récupérer son djangui alors que celui qui investit au Tchad avec un taux de 6% n’est pas du tout sûr de le récupérer. Toi Ndoléais que ferais-tu?

Le Sismo

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè