Douala | Non à la négligence urbaine !

Douala | Non à la négligence urbaine !

Le délégué du gouvernement attend plus de sérieux de ses collaborateurs dans le travail.

Célérité dans le traitement des dossiers et amélioration de la qualité des prestations et de l’image de la Communauté Urbaine de Douala. Pour 2015, Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la Cud, n’attend pas moins de ses collaborateurs. Insistant en détail sur les axes d’amélioration lors d’une séance de travail relative à la réorganisation des services de la Communauté urbaine le 13 février dernier à la salle des Fêtes d’Akwa.

Dans son intervention, Fritz Ntone Ntone a entre autres pris quelques exemples dans la cité pour relever ce qu’il considère comme de « la négligence urbaine ». Comme ces blocs de béton censés protéger des candélabres sur le terre-plein au boulevard de la République, mais qui trainent par terre et « qui donnent l’impression qu’on ne s’occupe pas de la ville ». Le délégué a d’ailleurs annoncé qu’à partir de cette année 2015, une grille d’évaluation des performances est élaborée et ceux qui manqueront d’efficacité seront remplacés.

Et pour s’assurer que les directives sont bien suivies, l’Inspection générale des services, mise sur pied grâce à l’accompagnement du Conseil supérieur de l’Etat dans l’audit, la vérification et le contrôle internes, veillera à une meilleure gestion de l’organisme.

Un contrôle interne nécessaire dans le contexte actuel. Il a ainsi été rappelé au personnel de la Cud les principaux défis qui l’attendent. Surtout d’ici 2016, « année très importante pour la ville de Douala parce que beaucoup de grands projets seront terminés : le 2e pont sur le Wouri, les pénétrantes Est et Ouest. La fin de plusieurs conventions avec des partenaires, notamment celle de trois ans avec le Consupe. La 3e année du budget-programme, temps nécessaire pour en maîtriser les rouages », a énuméré Ntone Ntone. Avant d’ajouter : « Tout le monde doit voir que Douala a véritablement changé. On doit donc s’assurer que nous parlons le même langage et que tous, nous comprenons les enjeux (…) On doit être proactifs. Nous devons avoir un monitoring serré de nos activités ».

Parmi ces activités, l’amélioration du transport urbain dans la capitale économique. A cet effet, 9 midibus (et non « mini ») vont venir élargir l’offre de matériel roulant disponible de la Socatur. Ils devraient être présentés cette semaine.

Source: Cameroon Tribune

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè