Dépravation des mœurs: La CRTV n’est pas en reste !

Dépravation des mœurs: La CRTV n’est pas en reste !

« Vraiment tout est désormais diffusé dans nos journaux TV !« , s’exclame un père de famille dimanche dernier en regardant le journal de 20h30 à la télévision nationale. Ce chef de famille s’offusquait de voir un reportage sur une artiste qui chante « Pala Pala » passer au journal officiel. Comme lui, ils sont nombreux les Camerounais qui ont poussé le même étonnement en regardant ce reportage.
Certes me diriez-vous, la musique est un secteur comme tous les autres de la société et dont on peut retenir l’attention pour le journal. Mais n’oublions pas que la radio autant que la télévision sont des instruments qui peuvent permettre la construction de la société. Pour le cas de la musique, les observateurs restent unanimes. Il ne suffit pas seulement du bruit dansant pour croire qu’on peut la jouer partout. Il faut en plus une large portée éducative qui touche le thème et le message. Pour le cas de l’artiste Mani Bella qui a le vent en poupe avec son titre «Pala Pala», force est de constater que cet opus est dépourvu de valeur sur le plan éducatif. Cette sortie musicale très enlevée détruit mieux qu’elle ne peut construire.

D’ailleurs dans le développement de sa chanson, l’artiste utilise des expressions déviantes qui dépravent gravement les mœurs du genre «A kaba zut c’est terminé». Traduction, «le partage du sexe est terminé». Et devant cette description, ce Yaoundéen a eu cette réaction: «Ce sont des chansons que j’ai interdites chez moi.» Et de lancer la question «Comment une femme peut se permettre de dire à haute voix qu’elle arrête de partager le sexe?» Quelle morale pour un enfant de 10 ans?

Prise donc comme telle, la chanson de Mani Bella n’a aucune leçon pour la jeunesse. Et elle n’aide pas le pays à réaliser les défis émergents sur le plan culturel. Mais curieusement, c’est cet artiste que la Crtv a mis en exergue dans son journal télévisé le plus suivi. Une situation qui a surpris plus d’un téléspectateur jette le discrédit sur la chaîne. «On nous avait annoncé les innovations dans cette chaîne et je me demande si c’est cela en nous proposant les artistes qui font la promotion du sexe », s’est encore interrogé un autre Camerounais.

Face à tout ceci, il apparaît clair qu’à la Crtv, l’information perd sa valeur devant les grosses propositions sur des sujets qui n’ont rien à voir avec l’actualité. Mani Bella est donc passée par ce chemin et elle a bien été diffusée à la télévision nationale. Quelle image pour le pays alors qu’on sait que la mission de cette boite est de promouvoir la morale publique. La télévision peut éduquer et conscientiser. Faire la promotion des valeurs sociales. Se détourner donc de ces missions pour promouvoir des pratiques déviantes semble être le challenge de l’actuel directeur général de la Crtv qui comme on le voit continue de tirer la chaine nationale vers le bas, en privilégiant ses bénéfices personnels.

Source: L’Epervier

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè