Zoom sur LWN

Un Webzine
LWN Mag ou Les Ways Ndolè Magazine est une revue en ligne dont le but est d’informer, de communiquer, de divertir et de promouvoir la culture camerounaise et africaine en général. Sa particularité réside dans le choix de la langue de rédaction qui est le « camfranglais » (véritable vecteur de communication entre les jeunes camerounais, mais qui au fil du temps, tend à gagner toutes les souches de la société pour devenir un élément d’identité culturelle au même titre que tous les autres.).

En bref, l’objectif de LWN est d’informer, de communiquer, d’éduquer les Camerounais de manière ludique et simple en communiquant dans une langue identitaire en plein essor.

Pourquoi « Les Ways Ndolè » ?
Traduite du camfranglais, cette expression signifie en français courant « Les Bonnes choses ». Non pas que le magazine se contente de peindre un tableau parfait et sans défauts de la société, mais ce choix trouve sa motivation dans le désir de faire renaître l’espoir dans les yeux des jeunes camerounais et africains.

Culturellement démunie et peu, voire mal informée, la jeunesse locale tout comme celle de la diaspora a perdu espoir en un avenir meilleur sur sa terre. LWN a donc entrepris de faire bouger les choses, en relayant l’information, en instruisant la jeunesse, et en lui permettant de développer ou de se bâtir des connaissances culturelles solides. Le magazine ambitionne d’être un reflet voire un repère pour la jeunesse quel que soit l’endroit du globe où elle se trouve, c’est-à-dire lui présenter son environnement « tel qu’il est » (avec ses tares et ses qualités) afin de lui faire comprendre que le Cameroun, l’Afrique ce n’est pas que du « négatif », mais comme tout pays, comme toute communauté, il y a des hauts et des bas, des fléaux, mais aussi des avancés, des éléments de fierté, beaucoup d’avenir, d’espoir, en somme que nos terres regorgent de « Ways Ndolè ».

Le choix du camfranglais
Pour prétendre être la vitrine d’un environnement, il faut l’étudier, l’analyser, le comprendre et trouver la bonne méthode pour établir une communication fluide et simple pour tous.

Depuis quelques années, les camerounais (et même les africains en général) ont un regain de besoin d’identité culturelle. Au Cameroun, ce phénomène passe par le développement de cette langue, qui au départ n’était destinée qu’aux jeunes et à une couche sociale précise. Mais aujourd’hui, on constate qu’au Cameroun, il faut pouvoir parler camfranglais non seulement pour pouvoir communiquer avec toutes les couches de la société, mais aussi pour pouvoir s’affirmer en tant que « Kmer ». Les camerounais, comme certaines autres communautés en Afrique, aspirent à avoir une et une seule langue vernaculaire (à côté des environ 280 dialectes) qui leur permettraient de s’identifier et de pouvoir communiquer entre eux aux dépens des langues coloniales, qui sont définies comme officielles sur le territoire.

LWN l’a compris et a décidé, pour s’adresser à tout camerounais (instruit ou pas, riche ou pauvre, adulte ou enfant, etc.) de rédiger dans la mesure du possible en camfranglais modéré, car la langue tarde à être sérieusement étudiée et développée par les linguistes, ce qui fait d’elle, une langue assez instable. Nous nous contentons donc d’en utiliser les termes ou expressions les plus répandues.

En espérant que vous vous sentirez « chez vous » et libre de communiquer et échanger autant que vous le souhaiterez, LWN vous remercie pour votre visite et vous recommande d’Express yourselves if you want !

Alors, si toi aussi tu confirmes que le Mboa est ndolè, abonne toi à LWN Mag !

logo new-01