Ndem Over : Pénurie de kits d’hémodialyse, une mort lente des malades

Ndem Over : Pénurie de kits d’hémodialyse, une mort lente des malades

Le pays des grandes ambitions, vient encore de frapper ! Cette fois ce sont les malades souffrant d’insuffisance rénale qui font les frais des bavures de notre système de santé.

Rupture de stock des kits d’hémodialyse ! Dans un pays « moderne » ! La santé n’est-elle pas la priorité de toute société? La santé n’est-elle pas l’un des gages de la vie et par ricochet de l’avenir du peuple (son développement économique, technique, social, etc.) ?

Les malades ont dû organiser une grève à Yaoundé pour se faire entendre. Nos confrères de Cameroon-info.net nous relatent les faits :

« Cette nouvelle grève des malades dialysés ce jeudi 29 juin 2017, met à nu l’absence de prévision dans la gestion de stock au Ministère de la Santé publique.

Les patients dialysés à l’hôpital général de Yaoundé sont en colère. Ils [ont annoncé] un sit-in [le] jeudi 29 juin 2017 dans la cour de cet établissement hospitalier de référence parce que, disent-ils, ils sont abandonnés à leur triste sort par les pouvoirs publics. En effet, depuis un long moment, les malades d’insuffisance rénale ne sont plus traités en raison d’une pénurie de kits d’hémodialyse. « Après le scandale de la dernière fois (la dernière grève des malades dialysés au mois d’octobre 2016, ndlr), l’hôpital général a acquis 5000 kits. Sauf qu’entre temps, les hôpitaux centraux et l’hôpital général de Douala étaient en arrêt de service faute de livraison par l’entreprise Numelec. La hiérarchie ministérielle à titre conservatoire a instruit le DG de l’hôpital général de Yaoundé de « dépanner » les autres hôpitaux en pénurie, avec une bonne partie de la commande. Des achats urgents n’ayant pas été effectués par la hiérarchie, pour compenser le « dépannage » fait sur son instruction, les malades se retrouvent dans la détresse parce que le stock restant est épuisé. L’entreprise Numelec a en réalité cessé les livraisons au Minsante, après vérification, à cause d’une ardoise impayée d’environ 1 milliard. La situation des malades impose des mesures urgentes. La réunion d’urgence tenue [le] mercredi 28 juin au Minsante n’a pas encore livré ses conclusions» expliquait jeudi, le chroniqueur Cabral Libii sur l’antenne de Radio équinoxe émettant depuis Douala.
«Voilà donc un pays où on peut un matin décider de donner un milliard de FCFA à des accidentés qui sont guéris et on est incapable de payer une entreprise qui doit livrer des kits dans des hôpitaux pour que les dialysés soient soignés. Allez voir ce matin à l’hôpital général, il y en a qui sont en train de s’écrouler là-bas parce que ça fait des jours qu’ils n’ont pas fait de dialyse » conclut Cabral Libii .»

Jeudi 29 juin 2017, lors de la grève effective, un  patient s’est exprimé :

«Nous sommes à nouveau en pleine manifestation à l’hôpital général de Yaoundé. Le service d’hémodialyse c’est -9/18 machines fonctionnel(le)s. Le pire après les multiples coupures d’eau nous sommes pour les 2/3 d’entre nous privé de dialyse depuis 9 jours; motif il n’y a plus de produits. Quand nous apprenons qu’on a rénové le palais des sports à coût de milliard(s), le simple entretien, manque ici.
En octobre nous étions à 14 machines après les promesses du ministre .Il nous avait promis des améliorations d’ici avril. Nous sommes en juin toujours rien. Nous avons déjà perdu des camarades malades comme nous. Chaque jour chacun se demande si c’est son tour de mourir.
S’il vous plait, ayez une pensée pour nous. Quand un pays n’offre pas la santé à sa population, on tire quoi comme leçon. On sait que la police viendra nous brutaliser, ayez une pensée pour nous. Le moral est au bas. Nous souffrons !»

Des nouvelles toujours aussi tristes et sombres, qui nous laissent nous poser une seule question : Jusqu’à quand ?
Ce début de semaine s’annonce sous d’autres couleurs pour nos malades « encore en vie », car une dizaine de mort est annoncée depuis la pénurie et les survivants vivent une mort lente et douloureuse, impuissants face à cette situation. Dans un communiqué signé vendredi dernier (30 juin 2017), le Ministre de la Santé Publique, André Mama Fouda a enfin annoncé des mesures urgentes prises pour palier à ce manque suicidaire. Ce dernier a annoncé qu’un important envoi maritime et une expédition par avion-cargo devraient, sous une semaine, transporter une dizaine de tonnes de composants de kits de dialyse. Bonne nouvelle, mais à quel prix ? Y’aura t’il fallu vivre de nouveaux sacrifices humains pour enfin faire les choses comme il se doit ? Quand on pense que des locations publiques sont renouvelées à coups de milliards, on se demande vraiment ce qui n’a pas waka avec ce pays !

God bless us ! Courage à ces personnes, ces familles qui souffrent de la mauvaise volonté de notre gouvernement ! Nous sommes de tout cœur avec vous !

 

Share!Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on Tumblr0Share on Reddit0Share on StumbleUpon0Email this to someone

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè