Buzz | Quand Stella McCartney ose touch au « Kaba » des Ndoléais !

Buzz | Quand Stella McCartney ose touch au « Kaba » des Ndoléais !

Présentée à la Fashion Week de Paris le 02 octobre dernier, la new collection Printemps-été 2018 de la styliste anglaise Stella McCartney fait jaser, et encore plus les Ndoléais.

Alors que l’Afrique est en pleine quête d’une revalorisation de ce qu’elle considère comme ses avoirs culturels, la place accordée au tissu pagne dans cette démarche est d’or. Ces imprimés encore called « Ankara Style » en anglais et « wax » dans l’usage commun, sont associés à la culture africaine depuis le 19ème siècle, bien qu’il ne soit pas d’origine africaine (selon les versions, il serait hollandais ou anglais). Les motifs sont inspirés de la culture africaine et s’y fondent plutôt bien.

Si le wax plait tant aux africains et est un élément essentiel de la mode vestimentaire chez nous, il n’en demeure pas moins que dans leur quête d’originalité, les stylistes européens sont souvent séduits eux aussi par ces imprimés.

On suppose que c’est ce qui aura motivé Stella McCartney à inclure cet imprimé dans sa nouvelle collection. Mais là où le bât blesse (les Africains), c’est le fait que ces créations pourtant inspirées des styles africains, soient présentés comme super originales et deviennent l’apanage de la créatrice anglaise.

Pire encore, Stella McCartney a OSÉ toucher au très célèbre « Kaba » camerounais.

Nul n’ignore que le Kaba Ngondo est le vêtement  d’inspiration traditionnelle Kmer le plus couru par les femmes de toutes les régions du 237. Originaire de la province du Littoral, le Kaba, vêtement ample, confortable et tout terrain, représente aujourd’hui tout un symbole pour la femme camerounaise ; ne pas trouver de Kaba dans la garde-robe d’une Ndoléaise est limite une aberration !

Alors si la styliste anglaise pensait nous chou à quel point elle a conscience des effets de la mondialisation, à quel point elle peut s’adapter aux cultures étrangères, la pauvre aura matière à bien flex la prochaine fois avant de se lancer dans une telle entreprise. Car les esprits sont échauffés, non seulement parce que la styliste commercialise ces modèles de Kaba pour pas moins de 1000 euros et en plus, n’aura pas songé à plus de diversité dans le choix de ses mannequins .

S’inspirer OUI, s’approprier NON, abeg Stella, laisse notre Kaba Ngondo ! Ce n’est pas ta création. N’aggrave pas tes pbs avec les africains, parce qu’on a encore en travers de la gorge ton shooting de mai dernier, réalisé exclusivement dans des lieux pourris de Lagos au Nigeria !

Share!Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on Tumblr0Share on Reddit0Share on StumbleUpon0Email this to someone

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè