ALERTE | Les tilapias infectés par un virus mortel (TiLV), évitons d’en consommer!

ALERTE | Les tilapias infectés par un virus mortel (TiLV), évitons d’en consommer!

La multitude d’alertes et d’infos de pacotille, qui circule sur la toile, nous a rendus littéralement impassibles même aux infos les plus capitales.

Cette fois, c’est une alerte lancée par le Système mondial d’Information et d’Alerte Rapide (SMIAR) de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui est passée sous silence. Transformée en petit scoop whatsapp, la viralité de l’info n’a eu pour effet que de saouler la plupart ou encore d’encourager les plus ardus à se jeter sur les premiers tilapias à leur portée.

Et pourtant, l’alerte comot depuis fin mai, est une alerte on-ne-peut-plus sérieuse, qui concerne tous les habitants de la planète terre, tant ce poisson, de par son prix abordable et ses vertus, est l’un des plus consommés au monde.

Le SMIAR nous annonçait donc qu’une maladie hautement contagieuse se propage chez les tilapias sauvages et ceux d’élevage. Les tilapias sont affectés par un virus mortel appelé Virus de Lac du Tilapia, connu sous son acronyme en anglais TiLV (Tilapia Virus Lake). Très dévastateur pour ce poisson, le TiLV n’affecte pas la santé humaine, mais il peut provoquer de graves problèmes de sécurité alimentaire, a averti la FAO.

En fin mai, le virus de lac du tilapia (TiLV) a été confirmé dans 5 pays sur trois continents : la Colombie, l’Equateur, l’Egypte, Israël et la Thaïlande. La Chine, l’Indonésie et l’Egypte sont les trois principaux producteurs aquacoles de tilapia, un poisson qui a de grandes chances de prospérer chez nous, en Afrique subsaharienne. Alors à l’heure où nous en parlons, imaginons l’ampleur des dégâts!

Selon l’ONU, si l’agent pathogène ne pose pas de risques pour la santé publique, il peut néanmoins décimer les populations infectées. La FAO insiste sur le fait qu’il ne faille surtout pas lap avec cette épidémie, qui  devra être appréhendée avec soin.

« Les pays sont également encouragés à lancer des campagnes d’information du public visant à conseiller les aquaculteurs sur les signes cliniques du TiLV, mais également sur les risques économiques et sociaux que pose ce virus et la nécessité de reporter les décès de masse aux autorités en charge de la biosécurité. »

On ne know pas encore si la maladie est transmise par le tilapia congelé mais,

« il est fort probable que le TiLV soit transmis à plus grande échelle que ce que nous pensons actuellement et que la menace pesant sur l’élevage de tilapias à travers le monde soit plus importante », a indiqué le SMIAR dans son alerte.

L’heure n’est pas à la rigolade, alors passons-nous le mot! Ne waitons pas les campagnes de sensibilisation de notre cher et respectable gouvernement. Menons nous-mêmes ce combat, car il en va de nos vies, de notre santé et de notre avenir !

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè