Afrique du Sud | Winnie Mandela, la guerrière, est died !

Afrique du Sud | Winnie Mandela, la guerrière, est died !

L’ex-femme du très célèbre premier Président noir de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela, s’en est allé le lundi 02 avril 2018 à l’âge de 81 ans.

Décédée des suites d’une longue maladie, Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela de son vrai nom, aura été l’une des plus grandes icônes de la lutte anti-apartheid qui a secoué l’Afrique du Sud pendant des années.

Née le 26 septembre 1936, celle qui deviendra 21 ans plus tard (en 1958) la 2nde épouse de Nelson Mandela alors divorcé et père de famille à presque 40 ans, rentrera à tout jamais dans l’histoire de son pays mais aussi de l’Afrique toute entière. Winnie Mandela aura été une activiste déterminée voire féroce.

Détentrice d’un diplôme universitaire de travailleur social, Winnie Mandela était une femme instruite, l’une des rares de son époque à réaliser cet exploit. C’est donc naturellement avec cette force que lorsque son mari est mis au ngatta en 1962, Winnie reprend le flambeau de la lutte anti-apartheid. Une bataille acharnée qu’elle mènera et qui lui vaudra une belle reconnaissance, mais aussi beaucoup de critiques quant à ses méthodes rudes et impulsives. A côté de cela, Winnie Mandela aura pendant trente ans, son lot de déboires, d’emprisonnements, de violences racistes du pouvoir blanc, mais jamais cette guerrière ne baissera les bras.

« Elle a refusé de céder face à l’incarcération de son mari, le harcèlement perpétuel de sa famille par les forces de sécurité, les détentions, les interdictions et son bannissement. Son attitude de défi m’a profondément inspiré, ainsi que des générations de militants. » Prix Nobel de la Paix, Desmond Tutu

Libéré en 1990, Nelson Mandela deviendra le first Prési noir de l’Afrique du Sud en 1994 avant de se séparer de Winnie en 1996, accusée d’infidélités.

Une relation qui sera soldée par 2 munas mais finira en queue de poisson, car les deux anciens amants ne feront plus jamais la paix jusqu’à la mort de Nelson Mandela en 2013. Winnie Mandela, de son fort caractère, critiquait ouvertement la décision de son mari de passer un accord avec les Blancs pour bolè avec la ségrégation. Selon elle, les Sudafs noirs devaient se libérer par la ntcham en rendant coup pour coup. Jusqu’à la fin de sa vie, elle proclamera que cet accord de paix est un mythe, car les Sudafs noirs ne seront pas libres tant qu’ils n’auront pas de liberté économique.

Les grandes dates de la vie de Winnie Mandela (par Le Monde)

26 septembre 1936 : naissance de Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela, dite Winnie, dans la province du Cap oriental (sud).

1955 : elle devient la première assistante sociale noire du pays dans un hôpital de Soweto, le township noir de Johannesburg.

1958 : Winnie épouse Nelson Mandela.

1962 : elle reste seule avec ses fillettes après l’arrestation de son mari. Malgré les intimidations et des séjours en prison, elle devient l’une des figures du Congrès national africain (ANC).

1969 – 1970 : elle est arrêtée en tant qu’activiste anti-apartheid et détenue à l’isolement à Pretoria.

1986 : dans son discours le plus controversé, elle appelle à libérer le pays avec des allumettes, référence au supplice du « collier » (pneu enflammé autour du cou).

1990 : libération de Nelson Mandela après vingt-sept ans de prison.

1991 : elle est reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement de quatre jeunes, dont un est mort, par sa garde rapprochée, le Mandela United Football Club (MUFC).

1992 : accusée de corruption et mauvaise gestion, elle est démise de ses fonctions dirigeantes à l’ANC.

1994 : elle devient vice-ministre de la culture dans le premier gouvernement post-apartheid. Renvoyée l’année suivante pour insubordination, elle reste députée et présidente de la Ligue des femmes.

1996 : après quatre ans de séparation, elle divorce de Nelson Mandela.

1998 : la Commission vérité et réconciliation (TRC) la déclare « coupable politiquement et moralement des énormes violations des droits de l’homme » commises par le MUFC.

2003 : elle est condamnée pour fraude.

2 avril 2018 : elle meurt à 81 ans à Johannesburg « des suites d’une longue maladie ».

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Autres Articles Ndolè